Ministère de l'Economie, des Finances et du Plan



♣ Niveau de traitement :MARS 2010     ♣ Conventions disponibles de l'année 2016 : C-2016-000001 à C-2016-0002838     ♣ Conventions virées par le trésor à la BHS : Conventions de l'année 2015 sauf les conventions compris entre C-2015-002029 à C-2015-002055 du bordereau n°2015-99

Les enjeux de la finance islamique

La finance islamique a connu un essor important à travers le monde ces dernières années. Aujourd’hui, le nombre d’institutions financières islamiques dans le monde a atteint plus de quatre cent (400) pour un total d’actifs avoisinant mille (1000) milliards de dollars.

Cette finance offre de nombreuses opportunités au point que des pays occidentaux non musulmans s’y intéressent notamment la Grande Bretagne, les Etats Unis, le Danemark, la France etc. Pour saisir ces opportunités, les banques occidentales n’ont pas hésité à ouvrir dans le monde musulman des succursales où coexistent des guichets de dépôt et d’emprunt conventionnels et islamiques.

C’est pourquoi depuis sa participation au forum sur le financement global islamique tenu à Kuala Lumpur les 26, 27 et 28 mars 2007 et l’organisation à Dakar en marge des assemblées annuelles de la BID, d’un séminaire sur la microfinance islamique autour du thème « enjeux et défis », le Sénégal a manifesté un grand intérêt pour la finance islamique guidé par un souci d’élargir et de diversifier l’offre de services financiers.

A cet égard, des réflexions ont été engagées en vue de créer des conditions favorables au développement et à la promotion de la finance islamique dans notre environnement bancaire et financier avec la mise en place d’un Groupe de travail au sein du Ministère de l’Economie et des Finances présidé par Madame le Directeur de la Monnaie et du Crédit.

Ces réflexions sont articulées autour des quatre axes majeurs ci-après :

  • le cadre réglementaire (juridique, prudentiel et fiscal) ;
  • la communication et la sensibilisation ;
  • le développement des compétences en finance islamique ;
  • la mise en place de conseils de la Charia.

Elles ont nécessité des voyages d’études dans des pays de référence en la matière notamment la Malaisie et le Soudan afin de s’enquérir de la stratégie mise en place pour développer la finance islamique. Elles ont également permis de réaliser un certain nombre d’actions notamment :

  • l’organisation d’un séminaire sous-régional en 2008 sur la finance islamique regroupant l’ensemble des acteurs de l’UEMOA et qui avait pour objectifs i) une meilleure connaissance de la finance islamique, de son mode de fonctionnement, de son histoire et des différents produits financiers islamiques ii) une identification des contraintes à l’introduction et au développement de la finance islamique au Sénégal et dans l’UEMOA iii) une réflexion autour du potentiel de développement de la finance islamique dans l’UEMOA iv) une réflexion autour d’un cadre juridique, réglementaire et prudentiel adéquat pour la finance islamique v) une bonne connaissance des expériences des autres pays vi) un partage du projet de développement de la finance islamique avec tous les acteurs de l’UEMOA pour une meilleure appropriation vii) une meilleure vulgarisation de la finance islamique dans l’UEMOA .
  • l’organisation d’un atelier de validation de propositions de réformes du dispositif réglementaire et fiscal élaborées par le Groupe de travail les 22 et 23 décembre 2008. Au cours de cet atelier, il était question d’examiner a) les dispositions entravant l’exercice d’activités financières islamiques recensées au niveau des textes réglementaire et fiscal régissant les banques et institutions de microfinance b) les normes prudentielles applicables aux banques et aux institutions de micro finance susceptibles de constituer un frein au développement des activités des institutions financières islamiques c) les dispositions nécessaires à l’exercice d’activités financières islamiques non prises en compte dans le dispositif réglementaire en vigueur d) les modes de refinancement des institutions financières islamiques, la gestion de la liquidité et les textes organisant le marché monétaire par rapport à la spécificité de la finance islamique e) la question de l’ancrage institutionnel des Sharia Board et le profil de leurs membres.

Cet examen du dispositif réglementaire et des instruments de gestion de la monnaie et du crédit ainsi que de la liquidité avait pour objectif l’identification des contraintes pouvant entraver le développement de la finance islamique et de proposer des solutions.

Au-delà des ces objectifs évoqués supra, l’atelier visait également à mettre en place un plan de développement des compétences en finance islamique ainsi qu’une stratégie pertinente de communication et de sensibilisation à l’endroit des cibles qui seront identifiées.

l’organisation d’un forum international sur la finance islamique à Dakar en janvier 2010 par l’Institut Africain de la Finance Islamique – AIIF en partenariat avec le Ministère de l’Economie et des Finances présidé par son Excellence Maître Abdoulaye WADE. Ce forum international, premier événement du genre organisé dans l’UEMOA avait essentiellement pour objectifs i) de permettre aux investisseurs, institutions et établissements financiers de prendre la pleine mesure de la dimension qu’a prise l’industrie financière islamique « Sharia compliant » et des perspectives et solutions qu’elle offre dans l’UEMOA ii) d’offrir un éclairage parfaitement actualisé sur l’ensemble des marchés, sukuks, fonds et investissements de la finance islamique mais aussi les produits et services de la banque islamique iii) de créer un carrefour d’échanges et de constituer une plateforme de développement d’affaires.

Par rapport aux actions initiées, des résultats encourageants ont été obtenus notamment l’admission de notre pays en qualité de membre Observateur au sein de Islamic Financial Services Board (IFSB), organe de régulation de la finance islamique au plan mondial et la signature en marge du forum d’une convention d’assistance technique entre la Banque Islamique de Développement (BID) et le Gouvernement du Sénégal.

L’admission de notre pays en qualité de membre observateur au sein de l’IFSB nous offre l’opportunité de participer à toutes les réunions internationales sur la finance islamique afin de prendre connaissance de l’évolution de l’industrie, des innovations et des nouvelles opportunités. Elle permet également de participer aux réflexions sur les questions et défis qui interpellent la finance islamique initiées par l’IFSB.

La convention d’assistance technique avec la BID nous offre l’opportunité d’un accompagnement d’une institution disposant d’une expertise et d’une compétence en la matière et de mobiliser les moyens nécessaires à la réalisation des objectifs poursuivis. Cette convention a permis au Gouvernement du Sénégal de s’attacher les services d’un Cabinet International pour faire une revue complète du cadre réglementaire (banques, SFD, marché monétaire et financier, assurances et fiscalité) en vue de formuler des propositions d’aménagements, et d’envoyer douze (12) experts sénégalais en formation en finance islamique à Bahraïn au titre de la formation des formateurs du volet développement des compétences.


Actualités financières

  • Taux de change

    Trouvez le cours des devises contre Franc CFA à appliquer aux transferts. et Cours des devises contre Franc CFA à appliquer au change manuel

    Lire la suite »

    • Les indicateurs de la bourse

      Liste de quelques bourses

      • BRVM-10 : 233,75 % >> -0,41 %
      • BRVM-C : 218,13 % >> -0,40 %
      • BOAB : 60 100 FCFA
      • FTSC : 7 305 FCFA

      Voir la liste à jour »

    • Etablissement financier

      Trouverez le répertoire complet des institutions financières au Sénégal comprenant les adresses, numéro de téléphone, fax et site internet.

      Lire la suite »


Position géographique